• L'ancien prieuré des moines de Saint-Évroult, jouxtant l'église : En subsistent des vestiges contemporains de l'église, intégrés dans les bâtiments de l'exploitation agricole. Cette dernière a pris le relais du prieuré après son désaffection en 1793, du fait de la Révolution française et de la vente comme vien national de la plupart des biens de l'église.

  • L'ancien abreuvoir pédiluve, au nord du village près de la mare : Le muret permet la retention d'eau de la fontaine proche dans cette petite mare pavée. Elle servit à donner à boire aux animaux de ferme et fut également utilisé comme lave-sabots : les chevaux et bœufs y furent emmenés à la fin d'une journée de labour.

    •  

  • Le lavoir municipal avec fontaine, près de la mare au nord du village : Le bassin du lavoir est alimenté par l'eau de la fontaine abrité dans l'édicule à sa droite. Cette association de lavoir et fontaine est fréquente. Les lavandières étaient protégéds des intempéries par un toit, dont la charpente repose sur deux murs en moellons, l'un à l'ouest et l'autre au nord. Le bâtiment actuel n'est toutefois qu'une reconstitution du lavoir d'origine, charpente et tuiles étant entièrement neuves.

    •  

  • La pompe à godets de marque « Dragor », près du calvaire face à la nouvelle mairie : Cette pompe en fonte date de la seconde moitié du XIX siècle et correspond à un modèle particulièrement répandu dans le Vexin français.

    •  

  • Mur à contreforts, impasse de Riancourt : Ce mur de soutènement pour un terrain non bâti provient sans doute d'un bâtiment ancien plus important, étant donné son envergure et sa solidité peu en rapport avec son affectation actuelle.